Statues et Monuments Nord-Pas de Calais
     

   
 

Louise de BETTIGNIES

Ville de LILLE

 
 
 
 

Ce monument en l’honneur de Louise de Bettignies, à l’entrée du boulevard Carnot, est l’œuvre de Maxime Réal Del Sarte.
Mme d'Argœuves en donne la description suivante :
« Louise debout contre une stèle, son fin visage levé vers le ciel des Flandres ; elle tend les mains au soldat français qui les baise, exprimant ainsi sa reconnaissance à celle qui, au milieu de ses ennemis, le protégea de loin dans sa guerre tragique ».
Nous devons cette œuvre à une souscription nationale à l’initiative de la maréchale Foch et la générale Weygand.
Elle fut inaugurée le 13 novembre 1927, par le maréchal Foch accompagné des généraux Weygand, Gouraud et Lacapelle ainsi que du ministre Louis Marin et le maire de Lille, Roger Salengro.


Le bas-relief représente Miss Cavell, une infirmière anglaise que les Allemands fusillèrent à l’âge de 50 ans pendant la première Guerre Mondiale, celle-ci ayant été accusée d’espionnage.

 

Et un écrivain allemand écrira :
« Quand de tels actes ne sont inspirés que par un fanatique amour de la Patrie, qu’importe si c’est dans notre camp ou dans le camp ennemi, il convient de s’incliner très bas devant ces nobles victimes dont une parfaite pureté d’intention a grandi le sacrifice ».

Un film réalisé en 1937, par Léon Poirier intitulé « Sœurs d’armes » consultable au CNC-AFF Bois d'Arcy et à la BnF (sous conditions) qui évoque la vie de Louise de Bettignies et Léonie Vanhoutte.
 

inscription sur le monument :

"A Louise de Bettignies, et aux femmes héroïques des pays envahis".

 
 

Extrait de l’ordre 2774 D
Le général Commandant en Chef cite à l’ordre de l’Armée , les militaires dont les noms suivent ...

"Mademoiselle Louise de BETTIGNIES
s’est volontairement dévouée pendant plusieurs mois , animée uniquement par le sentiment patriotique le plus élevé, pour rendre à son pays un service des plus importants pour la Défense Nationale. A affronté avec un courage inflexible, toutes les difficultés périlleuses de sa tache patriotique . A surmonté pendant longtemps ces difficultés, grâce à ses capacités et à son dévouement, risquant sa vie en plusieurs occasions , assumant les plus graves responsabilités, déployant en un mot un héroïsme qui a été rarement surpassé"


Au Grand Quartier Général, le 20 avril 1916
Le Général Commandant en Chef
J.Joffre

   
page créée le 01.02.2012 | dernière modification le 26.01.2021
  | page précèdente |
Accueil | Plan du site | Présentation | Contact
| page suivante |