Statues et Monuments Nord-Pas de Calais
     

   
 

Monuments aux Morts

Ville d'ORCHIES

 
 
 
   
 
 
Ce monument rappelle la mémoire des morts de 1870 – 1871, de la guerre de Crimée 1854- 1855, guerre d’Italie 1859, des expéditions coloniales d’Algérie 1830 – 1847, du Tonkin 1888 et de Madagascar 1884. Ce monument est dû à une souscription publique et l’inauguration eut lieu le 15 octobre 1899, la réalisation fût confiée à la Maison DELCOURT fils, à l’époque marbrier à Orchies
 
   
 
Orchies à ses enfants morts pour la Patrie
   
 
   
   
Ce monument est le fruit d’une souscription publique et la maquette fut réalisée par M. GUERIN, Président des poilus.
Nous devons l’exécution de cette œuvre à Messieurs Gustave, Gaston, Henri et Marcel SLOSSE (marbriers sur Orchies) et anciens combattants. L’inauguration aura lieu le 24 septembre 1922, et il est situé rue des combattants. Émile Draux, donne la description suivante du poilu « chargé de ses armes, sortant de l’obus, comme d’une tranchée, plus pour une attaque mais pour clamer sa joie et la victoire, la fin d’un long cauchemar de souffrances… ». Les sujets commémoratifs qui composent ce monument proviennent de la Sté anonyme des Fonderies et Ateliers de construction du Val d'Osne et sont réalisés en fonte de fer. La Victoire en chantant (2.07m) pesant 450 kg est l'oeuvre du sculpteur Charles Edouard Richefeu (1868-1945) et la Victoire ailée (2.32m) d'Ernest Damé (1845-1920). A l'arrière du monument deux plaques rappelent le combat du 24 septembre et l'incendie du 25 septembre 1914.
     
 
La Victoire en chantant
     
 
 
 
Nous devons l’exécution de ce monument à Jules REMY de Somain, titulaire de la médaille d’or des artistes français et dont l’œuvre réalisée à Orchies, obtint le prix de l’Institut au salon des mêmes artistes.
Ce monument se trouve dans le square près de l Église et fut inauguré le 18 novembre 1951.
Il se compose d’un mur surmonté d’une couronne de lauriers devant lequel se trouvent : un Franc-Tireur, un Patriote et un déporté. Émile Draux décrit les trois personnages représentés de la façon suivante : « un Franc-Tireur, la poitrine largement découverte, prête à recevoir les balles fatales, la tête est fièrement relevée, il incarne toutes les qualités de sa race, loyauté, bravoure dévouement. Sa main droite tient celle du Patriote dont l’allure est également noble, volontaire et altière. A gauche, on reconnaît le déporté, pieds nus, le visage marqué de souffrances et de privations a cependant conservé une dignité sereine devant le peloton d’exécution ».

Lors de la cérémonie, les enfants des écoles interprétèrent "Ceux qui pieusement sont morts pour la Patrie" de Victor Hugo. Vous pouvez écouter cet hymne qu'interpréta Marcel Journet (cliquez ici).

   
 
La ville d'Orchies à ses enfants
     
page créée le 27.01.2004 | dernière modification le 07.01.2019
 
  | page précèdente |
Accueil | Plan du site | Présentation | Contact
| page suivante |